James Stewart, l’homme du Black Atlantic Club

James Stewart est un trublion peu connu du grand public, mais très populaire dans le milieu des musiques électroniques notamment pour ses soirées Black Atlantic Club au Sucre: Osunlade, Pat Thomas, Vaudou Game, Batida, Family Atlantica, Ebo Taylor, Laurent Garnier, Auntie Flo… C’est le rendez-vous mensuel des musiques noires à Lyon. Le Black Atlantic Club (nom utilisé en référence au concept théorisé par Paul Gilroy de l’atlantique noir) est un cycle consacré aux musiques du continent africain et leurs prolongements, par opposition à l’expression fourre tout de « musiques du monde ».

L’homme est discret, mais surtout très occupé avec de multiples projets. Si vous êtes chanceux, en errant du côté de Sofa Records aux Terreaux ou chez Emile Records, vous aurez sûrement l’honneur de le croiser et de discuter des meilleures galettes du moment. Il est actuellement Dj résident du Sucre, un poste légitime, quand on voit ses diverses participations à des festivals prestigieux tel que le Wordwide Festival de Gilles Petterson, Jazz à Vienne, Tribu Festival, Invits de Villeurbanne ou encore les Nuits Sonores.

James Stewart est un membre très actif et programmateur des soirées du collectif Palmwine Records. Ce dernier depuis 2009 fait le lien entre les vieux beats tropicaux d’hier et le son des dancefloors de demain. Palmwine est un collectif de Dj’s qui organise des soirées et des lives d’artistes sur Lyon, Paris et Genève.

Depuis quelques années il officie dans le Voilaaa Soundsystem, collectif afro-disco aux sets furieusement dansants et percussionnistes avec Kumbia Boruka et Mbongi Yeto.

Cet érudit des musiques noires a créé Afro Soul Descraga, un site internet sur lequel il partage ses pépites, des incontournables de l’afrobeat, des musiques éthiopiennes ou encore des musiques afro-cubaines. Une petite mine d’or pour les diggers. Radio Nova lui a offert un créneau pour qu’il anime une émission sur les musiques de l’ « Atlantique Noir », sur les ondes on le retrouve aussi au micro de Radio Grenouille à Marseille. En plus d’être producteur, programmateur, musicien, présentateur, il se risque de temps à autres en tant que conférencier, par exemple à la Cave à Jazz en 2014 ou pour l’exposition sur Salif Keïta en 2016. Restez connecté.

 

Crédit photo : ON-mag