Grave directement tes vinyles dans ton salon

Produire son vinyle a toujours été, pour un bon nombre de musiciens, un aboutissement de leur art. Toutefois, pour atteindre ce but, mieux vaut avoir un label solide derrière soi, pas mal d’argent, un minimum d’exemplaires pressés et un peu de chance. Donc la partie n’est pas facile, voir perdue d’avance. Mais c’était sans compter sur la nouveauté inattendue de The Vinyl Recorder avec le T560 dévoilé au National Association of Music Merchants 2018. Cette nouvelle innovation va révolutionner le microcosme du vinyle. Une machine venue tout droit d’Allemagne, faite main, pour presser directement à la maison vos propres vinyles.

Le retour en grâce du vinyle depuis maintenant une dizaine d’années, soulève quelques problèmes pour les petits labels et les micros labels, tels que le coût, le temps de production et les moyens de distribution. C’était sans compter sur la société, The Vinyl Recorder, qui a créé une sorte de platine enregistreuse. Elle est composée comme une platine classique avec un diamant qui va graver le vinyle au lieu de le lire, en fonction du signal sonore qui sera joué. La platine comporte plusieurs sorties, afin de brancher de multiples microphones, ou y adapter une table de mixage. Ce petit bijou de technologie peut graver autant des 33 que des 45, ou des 78 tours de manière instantanée. Vous n’avez plus qu’à inviter votre groupe de lycée et organiser un boeuf. Ce type d’engin n’avait plus été aperçu depuis la disparition du Vestax VRX-2000.

Néanmoins le T560 de Vinyl Recorder est encore très couteux pour le moment. Le premier kit du T560 est au prix de 3200 €, sans la platine vinyle, ni l’ampli, ni l’aspirateur, mais tout de même livré avec quelques vinyles vierges. Ultérieurement, il est possible de commencer des galettes vierges, noires ou transparentes à partir de 35€ le pack de 10. Pour l’achat d’un kit de démarrage, l’entreprise offre une journée de formation dans leur atelier pour se familiariser avec le matériel, et pour peut-être devenir le prochain Jack White…..

 

Crédit photo : ON-mag / FRESCO